24 janvier 2013

Lettre à ma Tante

Mon Tio,
Ma Tia,

Alors vous y êtes allés, à cette manif du 13 janvier. Vous, mon oncle et ma tante.
Moi qui croyais que les opposants au mariage entre personnes de même sexe l'étaient surtout par ignorance, parce qu'ils n'avaient jamais eu l'occasion de connaître un gay dans leur entourage.

J'ai une grande tolérance envers ces opposants "de bonne foi" : après tout, quand on n'a pas "un très bon ami homosexuel", on est plus facilement enclin à succomber aux clichés, et à se demander s'il est bien raisonnable de confier un enfant à ceux qui chaque année ne peuvent pas s'empêcher de défiler avec un boa rose autour du cou. Cette homophobie par méconnaissance me peine, mais je ne veux pas accabler leurs auteurs, car elle est souvent curable en discutant un peu et en laissant mijoter. Plus les gays sortent du placard, plus l'intolérance recule me disais-je.

Quand 340.000 personnes défilent contre une loi qui pourtant ne leur soustrait aucun droit, ça ne fait pas plaisir. ("Celui qui vote contre le droit d’un autre, quels que soient sa religion, sa couleur ou son sexe, a dès lors abjuré les siens" disait Condorcet) Mais qu'en plus il y ait eu VOUS ! Vous à qui j'ai fait mon coming-out par écrit (j'étais à Trieste) dans une lettre où j'ai essayé de vous expliquer le plus simplement du monde mon parcours affectif. Comment je me suis rendu compte que j'étais gay, que j'étais né comme ça et que je n'y pouvais rien. Vous qui n'êtes même pas catholiques pratiquants ! Croyez-vous vraiment que mon amour pour Enrico ne vaille pas celui de vos propres enfants pour leurs conjoints respectifs ? Ne mérite-t-il pas les mêmes droits ? Car c'est de cela qu'il s'agit, c'est ainsi que j'interprète votre geste.

J'ose à peine le dire ici, mais quand tu m'as demandé à Noël dernier si j'étais fidèle, ma tante, tu aurais mieux fait de tourner ta langue sept fois dans ta bouche ! Je suis avec Enrico depuis plus de temps que ma sœur et son conjoint ou que mon frère et sa copine. Et non je ne l'ai pas trompé ! Mais aurais-tu osé poser la question à mon frère ou à ma sœur, ou a tes enfants ? T'ai-je donné l'impression d'être d'instable ? Ou bien as-tu lu dans le Figaro que les couples gays sont moins fidèles ?

Mon oncle, je ne veux pas t'accabler non plus, mais quand tu dis qu'"il y a quand même des valeurs familiales à défendre", ne crois-tu pas que c'est justement le but de cette loi que de permettre aux couples de même sexe de défendre ces mêmes valeurs, en leur permettant s'ils le souhaitent de fonder un foyer et d'élever leur progéniture, et leur apprendre l'amour, le savoir, le partage, la tolérance ? Tu me parles de famille, moi qui ai établi la généalogie de toute la mienne ! Et toi qui as rompu les ponts avec une partie de la tienne... Doutes-tu de nos capacités à Enrico et moi d'élever des enfants en leur donnant à la fois la douceur d'une mère et l'autorité d'un père ? ;)

Bref, vous m'avez fait de la peine. Mais je ne vous en veux pas, sincèrement. Comme a dit quelqu'un à Noël, pour couper court : "c'est une question de génération". C'est lâche de ma part, mais je préfère vous pardonner que de lutter contre vos préjugés. Dans cette bataille, le plus têtu n'est pas celui qu'on croit.


PS : Rassurez-vous, on ne se mariera pas, Enrico et moi. (Heureusement car je suis pas sûr qu'on vous aurait invité du coup...)

7 commentaires:

  1. Une jolie lettre... J'espère qu'elle va donner lieu à une jolie réponse

    RépondreSupprimer
  2. Mily09:20

    Ils sont allés manifester ? :O
    Je n'en reviens pas d'entendre tout ça, tu as eu bien du courage d'aller discuter longuement avec eux, moi dès que j'ai entendu une phrase je ne suis pas restée tellement cela m'irrite.
    J'espère que la réponse sera à la hauteur de ta lettre.

    Ta cousine adorée Emily :)

    PS: des infidélités dans les couples hétéro mariés ou pas, il y en a tous les jours. Alors ce n'est pas un argument.

    RépondreSupprimer
  3. Merci mon Emily!
    A dire vrai, je n'ai pas beaucoup discuté de ça avec eux pendant le réveillon, mais suffisamment pour que ça m'énerve!
    Et c'est pas sûr qu'il y ait une réponse un jour...

    RépondreSupprimer
  4. Coudurier Stéphanie12:30

    Benjamin,

    je ne suis pas de la famille, je suis bien-sûre extérieure et ne rentre pas dans les considérations de jugements...

    Juste pour dire que ta lettre m'a bouleversée, elle est sincère et belle.

    Stéphanie, mariée après 10 ans de concubinage et un enfant, hétéro pas par choix, fidèle (? ça regarde personne!) et future femme de ta soeur Anne dès que la loi sera passée.

    RépondreSupprimer
  5. Philip19:59

    Bonjour Benjamin,

    Je profite de la fenêtre ouverte par Emily (sorry about that dear daughter) pour donner mon avis... que personne n'attend, ce qui en fait, j'espère, tout le charme ;-)
    Oui, Benjamin, c'est normal que tu sois choqué, gêné, voire attristé, je suis à fond avec toi, oui au mariage homosexuel, non aux discriminations insupportables, "ce que tu fais au plus faible d'entres les miens, c'est à moi que tu le fais" cela sort de l'évangile, on a tendance à l'oublier.
    Maintenant je voudrais juste ouvrir une fenêtre.
    Faut-il demander à des personnes âgées (à partir de 80 ans, on est âgés) d'avoir la même ouverture d'esprit, la même capacité à bouleverser ses propres repères que des d'jeunes qui ont vécu dans un univers ou la différence est non seulement tolérée (c'est un minimum) mais surtout est rendue banale (et ça c'est un beau résultat) ?
    Finalement, j'aurais envie de te retourner la question. Es-tu capable de tolérer des oncles et tantes malgré le fait qu'ils aient moins de souplesse adaptative, moins de repères éducatifs marqués par ouverture et respect des différences?
    C'est la première chose qui saute aux yeux dans ta lettre, tu les aimes tes Tia et Tio, malgré leur difficulté à changer de repère... ce qui est, hélas, aussi une caractéristique de l'âge qui avance. Il n'y a pas si longtemps (pour eux, pas pour toi!) l'annonce de l'homosexualité était associée à lapidation et reniement familial. Le fait que tes oncles et tantes te posent des questions (parfois bien naïves), s'intéressent et t'aiment de manière pour le moins évidente, prends cela comme un cadeau de la vie... et n'attend pas plus que ce que tes proches peuvent t'offrir.
    Ton cousin solidaire, concerné et aimant,
    Philip.

    RépondreSupprimer
  6. Anne ta soeur13:31

    Bonjour aussi !


    Alors je dirais oui.....mais non finalement.

    Certes, la sociologie donne raison à Philip : c'est vrai que statistiquement plus on était âgé, plus on avait de chances d'être à la manifestation du 13 janvier. De même plus on est jeune, plus on a de chance d'être à celle de dimanche (ouais, ch'uis jeune !)

    Oui, je comprends très bien que l'âge rende difficile certains changements de repères. Quand on a connu le téléphone fixe, les disques vinyls et la télé en noir et blanc, qu'on a dû se mettre au minitel, au magnétoscope, au lecteur CD, puis à l'ordinateur, au lecteur DVD et aux MP3, oui, je comprends qu'on puisse en avoir marre de s'adapter et qu'on ait du mal à se mettre sur Facebook et à Twitter en WIFI. Moi-même, j'en ai déjà marre alors que j'ai juste dépassé la moitié de 80 ans : je suis nulle en Excel et j'écris des sms comme des lettres manuscrites, avec la ponctuation, les majuscules et tout et tout.

    Mais là, on ne parle pas de repères technologiques. On parle du principe d'égalité entre les êtres humains. Contesté par la manifestation du 13 janvier. Certes, selon les époques on avait un peu tendance à ne pas considérer les femmes, les esclaves, les noirs, les juifs, les tziganes, les homosexuel(le)s (liste non exhaustive, malheureusement) comme des êtres humains et on peut heureusement penser qu'il a eu progrès de l'humanité. Mais les idées ne font pas le chemin toutes seules, il faut les aider !

    Quand nous étions petits il était facile de voir qu'on ne traitait pas toujours les copains noirs du collège de la même façon que les autres. Avons nous le droit d'être raciste jusqu'à 80 ans sous prétexte que ça nous changerait trop nos repères ?

    C'est à nous de faire vivre ce principe d'égalité, à chaque génération, en regardant d'abord en nous-mêmes, parce que c'est là où nous trouvons ce que l'obscurantisme de ceux qui nous ont précédés ont laissé. C'est notre métier d'être humain, fatiguant, certes.

    La question n'est effectivement pas de savoir si on s'aime toujours ou pas, bien sûr qu'on aime Tio et Tia et que c'est réciproque, personne n'en doute ! C'est même pour ça qu'on se sent un peu triste et nous savons tous parfaitement que si Tio et Tia avaient su qu'ils feraient de la peine, ils seraient plutôt allés au cinéma. Ou au musée, parce que y a pas grand chose au cinéma en ce moment...Surtout depuis que Depardieu est parti.

    Donc dimanche il va faire un peu froid et il va pleuvoir, mais on sera à 14h à Denfert-Rochereau !

    Je vous embrasse très fort

    Anne (qui ne peut pas se marier avec Stéphanie, puisque Stéphanie est déjà mariée et qu'en plus j'étais son témoin.)

    RépondreSupprimer
  7. Et ben... Merci pour tous vos commentaires et retours, ça faisait longtemps que ce blog n'avait pas été aussi actif !

    @Philip : Tu as raison, c'est vrai qu'il vaut mieux voir le chemin parcouru (les cas de reniements familiaux suite à un coming out sont probablement moins nombreux qu'il y a vingt ans, enfin j'espère, il n'y a pas de chiffres) que le chemin qui reste à parcourir (340.000 personnes qui défilent contre une loi qui ne leur retire aucun droit). Je suis ravi de voir qu'il n'y a pas eu méprise sur le ton de ce billet : loin d'être un réglement de compte familial, c'est une excuse pour parler du débat du moment. Je n'en veux ni à mon oncle, ni à ma tante, qui d'ailleurs ont peut-être plus voulu défiler contre Hollande que contre le mariage gay. En revanche, il ne m'est pas apparu inutile de faire remarquer une maladresse à ma tante, fut-elle septuagénaire. (You're mother-in-law is not yet 80 years old !)

    @Anne MERCI de défiler ! Ca m'ennuie vraiment de ne pas y être. Pour le reste, je n'ai rien à ajouter, l'idée que Tia puisse se mettre à twitter m'a fait beaucoup rire (mais je suis disposé à l'aider à créer un compte si elle le veut :)

    RépondreSupprimer