13 décembre 2011

Décorations de Noël : le match franco-allemand

L'émission Karambolage sur Arte propose un calendrier de l'Avent bien sympathique. Il permet notamment de voir les différences entre les sapins de Noël gaulois et germains. Et force est de constater qu'ils ont plus de goût que nous, regardez plutôt :

12 décembre 2011

Petite annonce immobilière

Tu connais quelqu'un qui est muté à Paris et qui cherche d'urgence un logement ? Passe-moi ton pote.


Hey, toi. Tu voudrais habiter un meublé tout confort pour un mois ou deux, le temps d'organiser ton déménagement et t'installer dans un vrai appart ?


Nan, parce que je loue un grand studio (31m²) meublé, 7e étage, SdB, cuisine américaine, entrée, balcon + parking. Quartier Père Lachaise/Ménilmontant (ligne 3) 800 € tout compris (chauffage, électricité, gaz, freebox).


Ça à l'air cher, comme ça, mais en fait pas du tout (C'est la magie de Paris).


Il est disponible dès le 28/12, jusqu'au 01/03 env., période à laquelle je désirerais l'habiter de nouveau.
Vous faites passer l'info ? En vous remerciant...





11 décembre 2011

Adieu Palatino, Bonjour Thello

Le changement d'horaires de la SNCF a fait une victime dont on a peu parlé : le train de nuit qui part de Paris et descend jusqu'à Rome en passant par Florence. Le Palatino, c'est fini depuis aujourd'hui.



Certes, il était toujours en retard, avec un service et - plus récemment - une hygiène critiquables. J'en avais déjà parlé ici. Mais il était une solution encore acceptable pour ceux qui préféraient le train. A partir de 35 € le billet, le service concurrençait encore l'avion, une gageüre.

Pourquoi ce train disparaît ? Était-il déficitaire ? Il y a deux versions.

La plus courante est que l'opérateur historique Trenitalia voudrait développer la fréquentation des nouvelles lignes transalpines à grande vitesse. En supprimant le Palatino, ils auraient parié sur un report de la demande vers les Rome-Paris "de jour".

Après consultation des solutions alternatives proposées par Trenitalia, je suis en mesure de vous dire qu'ils sont soit optimistes, soit plein d'humour, soit abrutis.

Avant, avec le Palatino, je pouvais partir à 19h45 de Rome et arriver le lendemain matin à Paris-Bercy, avec un peu de retard et beaucoup de cernes.

Maintenant, je pourrai partir de Rome à 6h57 et être à Gênes en à peine en 4h10. Un changement à Vintimille, un autre à Nice et hop me voilà dans un TGV Nice-Paris qui m'amène en 5h à peine à la capitale. Arrivée à 23h11, durée totale du voyage 16h14, 1h de plus que le train de nuit. C'est quand même plus sympa de voir le paysage, quitte à changer trois fois, plutôt que de voyager de nuit !

Last but not least, impossible de réserver tout le trajet sur un site web unique. Vive l'Europe ! Quant au prix, il doit avoisiner le triple de l'avion.



L'autre version, c'est l'ouverture à la concurrence. Un règlement européen impose que les conditions de celle-ci soient en place pour les lignes intérieures d'ici à 2019. Vu les conditions déplorables des liaisons ferroviaires de nuit entre la France et l'Italie, il n'était pas stupide de commencer l'ouverture à la concurrence par ce bout-ci de l'offre. Deux liaisons quotidiennes vers Venise et Rome à assurer, quatre trains, un peu de personnel, un marché déjà existant, donc analysable et quantifiable, le défi est raisonnable. Il est relevé par Thello, issu de l'union de Trenitalia et Veolia-Transdev en janvier dernier.

Avant toute chose, ne croyez pas que Thello est allé voir Monsieur Alsthom et lui a commandé quatre trains avec plein de voiture-couchettes toutes neuves. Le train qui part de Venise à partir de ce soir 19h57 pour arriver à Paris à 9h29 demain matin est physiquement le même, que l'on achète son billet sur Trenitalia ou Thello. Ce dernier se contente de louer une quarantaine de voitures à Trenitalia et des locomotives à Alkiem, une filiale de la SNCF. Seul le prix change, et pas qu'un peu : 80 € pour le nouvel arrivant contre 120 € pour l'opérateur public.

La liaison Venise-Paris est donc la même. Et la liaison Rome-Paris ? Pour l'instant, elle n'existe pas. Officiellement, le petit poucet du train est en contact avec RFF pour trouver un "sillon" disponible l'été prochain. Mais en attendant, le service est tout simplement suspendu, et provoque la perte de 800 emplois.

Question bête : Pourquoi Trenitalia s'associe à Veolia pour créer une société qui fera concurrence à ses propres trains ? Sur quoi va se jouer la concurrence ? Y aura-t-il une différence de service ? Pas sur les horaires en tout cas. Or, n'est-ce pas le premier critère que l'on regarde quand on choisit un transport ? Quel intérêt pour le client d'avoir à choisir entre deux opérateurs affichant la même garantie de ponctualité ?

Tout porte à croire que cette ouverture à la concurrence a été décidée pour des motifs purement idéologiques. Il faut impérativement casser les monopoles d'État. Même s'il n'y a qu'un seul réseau de chemins de fer, il faut l'ouvrir coûte que coûte à la concurrence, en dépit des aberrations logistiques et économiques susnommées.

Mais la crise est passée par là, et il semble qu'en haut-lieu on commence à se rendre compte de l'absurdité de l'investissement : Veolia a annoncé la semaine dernière qu'elle souhaitait se séparer de sa filiale transports

Thello n'a pas encore inauguré son premier départ que sa maison-mère est déjà à vendre.


PS : Pour ne pas mourir idiot, j'ai décidé de tester ce nouvel opérateur pour les fêtes de Noël, en partant de Milan. Je vous dirai comment c'est, un voyage en train privé.

09 décembre 2011

C'est sans doute a cause de ses lunettes, mais j'aime bien Eva Joly. Malgré toutes les critiques qui lui ont été faites, plus ou moins valables, j'ai encore de la sympathie pour elle.

Certes, elle est un peu déroutante dans les médias. Mais moi ça me gêne pas plus que ça. En tout cas, elle a fait une vidéo sympa. Alors, on lui laisse encore sa chance ?

 


PS : Gros big-up à Jean-Marie Le Pen, qui aurait dû faire sa carrière au Caveau de la République.

05 décembre 2011