28 septembre 2011

Allez, je m'y colle, c'est l'heure de vous faire un petit point météo pour le week-end.
Beaucoup de choses depuis les vacances. Mon retour en France se précise. La Toscane est splendide, mais nous avons décidé, Enrico et moi, qu'il était temps de passer à autre chose.

L'élément déclencheur a eu lieu le 2 juillet dernier, avec le départ annoncé de mes actuels locataires de Paris, mais partis seulement le week-end dernier. Plutôt que de signer un nouveau bail meublé d'un an, j'ai préféré trouver quelqu'un temporairement, et début 2012, je reviens à Paris et Enrico arrive. Un aller pour lui, un retour pour moi.

Et voilà que la machine est lancée. Comment trouver un boulot à distance et quand démissionner ? Comment organiser le déménagement ? Dont-on ramener l'olivier ? On va bien se marrer je sens. Heureusement qu'il y a des mariages pour nous changer les idées. Le week-end dernier se déroulait celui de Véronique et Damien, à Moulins (les prénoms ou le lieu ont été modifiés, comme ça, mystère... De toute façon un mariage à Moulins c'est pas crédible.) L'occasion de revoir plein d'amis avec plaisir et de reprendre contact après une longue absence. Un vrai bon et beau moment même si j'ai pas trop profité du plat de résistance, trop occupé à stresser pour un petit discours que j'espère pas trop convenu.

Simon, tu aurais dû écouter ta mère et venir visiter le triptyque du Maître de Moulins :


J'ai utilisé le pluriel à mariages me diront les plus attentifs d'entre vous. J'admire votre sagacité : nous nous rendront à un autre mariage, celui de Muriel et Henri, à Minsk (cf. règles de confidentialité ci-dessus). C'est tout pour aujourd'hui.

Bonus : Les partis vu par les partis, d'Henry Michel.


10 septembre 2011

Les dix ans du onze

Si pas vu, voici une compilation de films dans lesquels apparaissent les tours jumelles.