23 janvier 2011

Ruby sur l'ongle


Cela a été noyé dans l'actualité par la Tunisie, mais en Italie il se passe des trucs.
Vous allez me dire : "Oui, encore un truc sur Berlusconi."

Et vous aurez raison. Oui mais là c'est peut-etre différent.
La particularité de cette nouvelle enquete, ce "rubygate", c'est le volume du dossier et des intercettazioni*.

* Une intercettazione en Italie, c'est une écoute téléphonique, qui est perçu différement de ce coté-ci des Alpes. Alors qu'en France, elles sont perçues comme le fait du prince (Ah ! Les années Mitterrand), en Italie c'est un truc plutot utile à la magistrature pour coincer les réseaux mafieux.

L'usage des écoutes téléphoniques est assez répandu en Italie. Notamment dans la lutte contre le proxénétisme. Le résultat, c'est qu'on en parle beaucoup dans la presse, de Libero à Repubblica. Dans des journaux on sort des verbatims sympathiques, genre une escort qui raconte à une autre "Et là, quelqu'un a commencé a montrer son cul pendant le repas", "Tu dois lui prendre la tension, sans culotte", ou "Je l'ai trouvé un peu out dernièrement. Je vais lui demander plus d'argent".

On appelle de tous côtés à la démission de B. Mais ce dernier scandale suffira-t-il à faire plier le Cavaliere ? Eric Valmir, correspondant à Rome pour Radio France, n'y croit pas. Il rappelle : "ce sont toujours des sujets économiques qui effritent la popularité de Silvio Berlusconi".

La révolte populaire tunisienne (à 150km de la Sicile), conjuguée à la majorité quasi virtuelle de l'actuel gouvernement, réveillera peut-être les consciences, qui sait ? Et Silvio passera peut-être Noël chez son pote Kadhafi, pour éviter les juges.



PS : Je viens d'apprendre que Patrice Gelinet arrête "2000 ans d'Histoire". Je suis effondré. Qui me parlera de l'histoire de la sexualité dans l'antiquité égyptienne ? Et de la dynastie des Habsbourg ? Et des blagues de Churchill ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire