16 novembre 2010

Encore un coming out

Ça devait arriver, à force de fréquenter des filles. Elles sont toujours là, à manger des légumes et faire attention à sa santé. Filles, que vous êtes prévisibles.

Ça s'est passé la semaine dernière, quand je raccompagnais deux collègues du boulot.
"J'ai entendu parler de ce club de gym. On pourrait y faire un tour ?"
Arrivé sur place, que pouvais-je faire ? Attendre dans la voiture à fumer des cigarettes ? Non bien sûr. Même si j'y ai pensé. Je leur ai fait compagnie. Avant même d'entrer, on entend des cris venant de la piscine. Des genres de "un deux trois quatre !" hurlés au micro. Ça commençait bien. A l'intérieur, accueil chaleureux, souriant... commercial. Un type nous pose quelques questions. Dialogue de sourds :
"Quand avez-vous arrêté de faire du sport ?"
Comment dire... Je n'ai jamais pour ainsi dire vraiment commencé. Je fais un peu de vélib quand je rentre à Paris, je monte trois étages à pied chaque jour. Un peu de ski l'hiver. Non, pas de football après le boulot. Ni rugby, ni volley. Je suis pas très "sport co". Tennis et escrime non plus. J'ai essayé, pas pour moi. Pas de judo en primaire, non. A peine un peu de piscine. En fait, je déteste toute forme de sport depuis l'âge de six ans. Et à dire vrai, je ne sais même pas pourquoi je suis là.


Toujours est-il que, mû par un effet de groupe, comptant sur une émulation qui entretiendra notre motivation, soucieux de ma santé (salaud de cholestérol) et de mon physique (salauds de cover boys de Têtu), vu que je n'ai pas prévu d'arrêter de fumer, et que faire du sport faisait partie de mes bonnes résolutions de 2010, et même de 2009, je me suis inscrit à une palestra, mot infiniment plus poétique que le club de gym.

Finalement, il vient peut-être de là mon blocage sur le sport. Il suffisait d'appeler les clubs de gym Palestra et l'EPS Ginnastica. Je ne sais combien de temps je vais tenir, mais on se donne rendez-vous dans trois mois ici même, soit pour vous montrer des photos de moi bodybuildé, soit pour une explication vaseuse sur le thème "Nan, j'ai pas abandonné, mais c'était nul en fait."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire