05 mai 2010

Et de quatre

Pour tout vous raconter, il me faudrait une journée de rédaction. Et plus je prends du retard, plus j'ai des trucs à vous raconter depuis la dernière fois. Et la dernière fois, ça commence à faire...

Déjà, jeudi soir, en partant de la gare de Florence, ça a été speed. Enfin, le départ, seulement. Pour ce qui est du trajet, c'est toujours douze heures en train. Donc, plutot slow. Qu'importe, Enrico a bien dormi, quoi qu'il en dise.

Dire qu'exactement quatre ans auparavant, je faisais le chemin inverse pour m'installer en Toscane... C'est fou.

Très bonne idée de voyager le jour de son anniversaire. Je vous le conseille. S'en sont suivis trois jours pleins comme des œufs : rendez-vous chez le banquier, achat de bretelles, visite aux Archives Nationales, acquisition d'un casque de moto, état des lieux, visite du studio, dîner au Relais de Venise en famille... Tout ça, rien que le vendredi.

Comme c'est pas intéressant à raconter, je vais aller droit au but : samedi après-midi, j'ai trouvé quelqu'un pour le studio (un couple italo-allemand, les forces de l'Axe sont de retour dans Paris), et le soir on a fêté l'anniversaire de celui qu'on appellera JGH pour des raisons évidentes de confidentialité.

Diantre ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas organisé (co-organisé serait plus juste) une soirée à Paris. J'avais oublié les relous de fin de soirée. "Vous me reconnaissez ? Mais si, c'est moi qui augmente le volume en loucedé (enfin, croit-il) alors que le mec qui invite vient de le baisser à cause des voisins qui tapent contre le mur ! C'est moi, superc*nnard !"

Je plaisante. C'est de bonne guerre. Il me semble même l'avoir déjà fait chez les autres. Ce qu'il y a de vraiment étonnant, c'est le mail que j'ai reçu de mon voisin en début de semaine. Je l'avais prévenu dans l'après-midi de samedi, et lui avais proposé de passer, invitation qu'il avait accepté. Depuis, plus de nouvelles. Jusqu'à son mail lundi dernier. Je m'attendais à un tissu d'insultes.

Ben non, jugez plutôt :

"Comme prévu samedi soir vers 23h, j'ai sonné 2 fois à votre porte mais sans succès : musique bien sûr, on n'entendait pas [...] ce sera pour une autre fois, merci encore pour votre invit [...] n'hésitez à me contacter si vous avez un souci [...] Bonne semaine avec plein de courage" ... Je n'invente rien !

Donc, j'ai un voisin hyper sympa (et peut-être un peu amoureux de moi).

Puisque j'en suis à vous parler de mes mails, je vous rappelle qu'ayant un nom et un prénom d'une banalité affligeante, je reçois assez souvent du courrier qui ne m'est pas adressé, je vous en avais déjà parlé ici. Depuis deux-trois jours, ça s'emballe. J'ai d'abord reçu le compte-rendu de conseil de classe :

"Allemand : petit groupe sympathique mais pas facile à gerer car pas le même niveau en CI et AM"
"Droit : Abs + attitude puérile de la part de certains qui nuisent à l'excellence de qq élèves"

Puis un mail de Mme Bidault :

Je t'informe que tu es admis à passer en 2ème année, malgré un certain relâchement au 2nd semestre (attitude dilettante, travail non rendu et absences). Nous attendons mieux l'année prochaine.

Et enfin, un de Mme Laflèche :

A du potentiel mais l'a gaché. Absences. Travail irrégulier, sauf avec Baleige. Il faut se reprendre.

Ça pourrait être moi, en effet. Ils ont à peu près vu juste. J'aimerais bien répondre par un mail d'insultes, mais comme je ne serai pas là quand l'élève sera convoqué pour faute grave, je sais pas si ça vaut le coup.

Dimanche, je préfère garder pour moi la joie que j'ai eue de revoir mes deux nièces, dont la dernière commence à dire ses premiers mots. Un peu de jardin secret, bordel !



Enrico est resté à Paris pour bosser sa thèse aux A.N. Il rentre demain. Aujourd'hui, nous fêtons nos quatre ans. Quatre ans... Je n'en reviens pas moi-même.

Un grand pardon à ceux que je n'ai pas pu voir pendant ce retour express. C'est toujours comme ça, et j'ai renoncé à garder ma vie de Paris tout en ayant créé celle de Florence. Venez me rendre visite, ma porte et les réservations sont ouvertes.

5 commentaires:

  1. Elsa05:54

    Venir à Paris pour dîner à Venise . . .
    Ah, ces italiens !
    Les autres jours, ce fut pizzeria ;)

    RépondreSupprimer
  2. ah Florence!
    j'aimerai avoir tes impressions du calcio storico (calcio in costume) si tu as l'occasion d'aller voir. je n'ai jamais eu l'occasion de me faire ma propre opinion (jeu de brute ou jeu caractéristique?)

    RépondreSupprimer
  3. Et moi j'ai oublié ton anniversaire....

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas grave mon Cédric, moi j'ai oublié celui de GK, et en plus on ne part pas à Berlin ensemble... :( Bon Colombey !

    RépondreSupprimer
  5. Le Gay Lapin11:38

    Heu, pour ton voisin, ça serait pas du 2nd degré? Bizzz

    RépondreSupprimer