26 mars 2010

Good Bye Marie-Luce

Je commençais à regretter d'avoir posté cette vidéo, mais au vu du nombre ahurissant des commentaires (trois à l'heure où j'écris), j'ai l'impression - arrêtez-moi si je me trompe - que ça vous a plu. Comme quoi, quand je mouille la chemise, ça marche.

Vu que j'aborde le sujet, j'en profite pour faire un petit point sur les statistiques de ce blog. 1817 visites depuis le début de l'année, dont 496 à l'étranger ; près de 22 par jour. L'augmentation de l'audience est donc plus logarithmique qu'exponentielle. D'un sens tant mieux. Mais je serais de mauvaise foi si je vous faisais croire que non, je n'ai pas fait usage ces derniers temps de mots-clés racoleurs tels que Carla Bruni, Mickael Vendetta, ou Marie-Luce Penchard, qui ont permis une augmentation sensible des visites.

J'ouvre une parenthèse : c'est un échec total. Même après le remaniement, elle est restée. Il l'a fait ! Il l'a gardée au gouvernement ! Je n'ai plus qu'à manger mon chapeau. Quelle honte, tout de même. Je sais, tout le monde s'en fout de Penchard, d'ailleurs tout le monde s'en fout des DOM, COM et de leur ministre, mais je sais pas pourquoi, ça m'a choqué. Je dois avoir un gène réunionnais qui s'exprime. Parenthèse refermée.

Un ami me faisait noter que mon blog était le premier résultat de la requête Sarkozy Jouanno Bruni Biolay Cochon sur Google. Attention Voici.fr, j'arrive ! Il est aussi en bonne position sur Comment va Carla Bruni, ce qui m'a bien fait marrer. Du coup, attendez-vous à ce que je décline le concept Comment va prochainement.

Comment va Berlusconi ? Insomma... non tanto bene. A l'occasion d'une banale enquête sur des cartes de crédit à Trani, des enquêteurs effectuent des écoutes téléphoniques, un grand classique des affaires italiennes (plus de 20.000 écoutes par an, mais c'est un autre sujet.) Par hasard, ils interceptent plusieurs conversations du Cavaliere.

Berlusconi a appelé l'équivalent du patron du CSA pour lui demander d'arrêter plusieurs émissions de débat à quelques semaines des élections régionales. Rien de moins. Oui je sais, c'est flippant, mais plus rien n'étonne personne, nous parlons d'Italie, le pays ou tout est possible, je le rappelle. Je vous épargne la teneur des propos, mais c'est assez clair : c'est comme si Sarkozy appelait Michel Boyon, qui à son tour appelait Arlette Chabot - pas TF1, ça lui appartient - et que tout ce beau monde voulait élaborer une stratégie afin de ne pas diffuser une émission politique hebdomadaire contre la majorité (là, j'ai pas trouvé d'équivalent français, désolé).

Et donc, c'est arrivé. L'émission Anno Zero de Michele Santoro a été annulée aujourd'hui. Mais Santoro ne s'est pas démonté, il a fait son émission sur internet. En direct d'une salle de 6000 places à Bologne. Le syndrome "Arrêt sur Images" transalpin, mais en plus puissant.



C'était hier soir. Plus de 120.000 connexions simultanées - du jamais-vu en Italie -, un flux relayé par quelques télévisions locales et beaucoup de radios, et en plus des chroniqueurs habituels comme Marco Travaglio, des journalistes, présentateurs et artistes (Benigni, Piovani, Lutazzi, Elio e le storie tese, Morgan, mais vous ne connaissez que les deux premiers) tous venus soutenir la liberté de la presse, fustiger le gouvernement ou hurler à la censure, c'est selon. Avec à la clé un vrai parfum de révolte populaire.

Ça ne changera probablement rien mais ça fait du bien. On attend les résultats des régionales le 29 mars.

Je sais, c'est un énième billet politique, mais rassurez-vous, tant que je parle de ça, c'est que je vais bien. Au fait, mes plantes vont bien elles aussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire