12 mars 2010

Carla Bruni+Benjamin Biolay, Sarkozy+Jouanno : du lard ou du cochon ?

Non mon titre n'est pas racoleur ! Non, mon blog ne verse pas dans l'actu people ! Les bruits de couloir de ce genre, j'en ai des ecchymoses tellement je m'en br*nle.

Ce qui m'intéresse, c'est la dynamique de l'information. Pourquoi c'est sorti maintenant ? Est-ce vrai ? Pourquoi, s'il s'agit d'une rumeur, les journaux du monde entier ont repris l'info ?

Vous n'aurez pas toutes les réponses ici. Mais, en allant consulter les trois liens ci-dessous, vous pourrez faire une première constatation : cela se sait dans les salles de rédaction depuis longtemps.

Arrêt sur images a tenté de remonter aux sources de la rumeur. Sur Twitter, évidemment. (Vous savez, le truc 2.0 que seuls les journalistes utilisent ?) et croit même avoir trouvé l'origine de la fuite, ou au moins un point de départ possible. Dans la version longue de l'article (payant), l'équipe de Daniel Schneidermann souligne que la rumeur n'est fondée sur aucun élément concret, mais ne tranche pas sur la véracité ou non de l'information.

Un blogueur anonyme qui bosse dans la presse people raconte sa version de l'histoire. Lui n'y croit pas, et il semble bien informé. En revanche, il se la pète un peu (genre "je savais pour Nicolas et Carla bien avant Eurodisney")

Backchich, enfin, revient sur la chronologie de la rumeur. Et semble à mots couverts confirmer que "on sait mais on peut pas dire". Rien n'a donc changé depuis Mitterrand et Mazarine ?

2 commentaires:

  1. alt13921:40

    genre, Mooosieuuuu met des mots (noms) clés pour attirer des gens sur son blog....

    RépondreSupprimer
  2. Le cochon, c'était pour la ministre de la grippette dont on n'entend plus parler d'ailleurs, c'est triste, ça occupait tellement bien le terrain.
    Maintenant, c'est de l'art, de la musique et du sport.
    Ce sont des histoires d'amour et tu dis :
    "Je m'en br*nle"
    Toi alors, aucune poésie.
    "je m'en br*anle des histoires de c*l", c'eut été mieux.
    Les médias se lâcheront lorsqu'ils seront lâchés ou saisiront l'opportunité du vent qui tourne pour tremper leur cuillère dans une autre soupe et ça continuera tout pareil.
    Je me demande bien à qui Arlette Chabot-la magnifique, pour ne citer qu'elle, claquera la bise les jours prochains.

    RépondreSupprimer