28 janvier 2010

Dominique peut se relaxer


La nouvelle est tombée à 12h28 sur les téléscripteurs, elle tient en deux mots : Villepin relaxé. Un bandeau "dernière minute" est apposé sur le site du Monde, France Info en a fait une édition spéciale... Une fois de plus, la sphère médiatique est en total décalage avec l'opinion publique, qui se fout pas mal de la relaxe de l'ancien premier ministre de 2005 à 2007.

Ce retour en grâce fera cependant plaisir à une partie de mes amis de droite (j'en ai aussi) qui pourraient voir en Villepin le retour d'une droite un peu plus intellectuelle et un peu moins bling bling que celle de notre bien aimé Président (au fait, joyeux anniv' Nico).

Combien ils doivent souffrir, mes amis de droite ! Toujours à soutenir la politique du gouvernement en essayant tant bien que mal d'oublier, pêle mêle : le débat sur l'Identité Nationale, le népotisme des Sarkozy* , Balkany Monsieur ET Madame... Et je ne parle pas des fautes de français que le Canard a recensé mercredi dernier.


Alors, peut-être qu'ils se disent, ses amis de droite, que ça serait plus facile de s'assumer si c'était un Galouzeau plutôt qu'un Sarkozy à la tête de notre beau pays.

Villepin alternative à Sarko, vraiment ? Ce serait avoir la mémoire courte. Même blanchi dans l'affaire Clearstream, il est resté l'homme de main de la chiraquie, a été le directeur de cabinet de l'Élysée de 1995 à 2002 (demandez à Jospin ce qu'il en pense. Je viens de prendre un verre avec lui, il m'a dit qu'il en avait un très mauvais souvenir.), bref, il a été de tous les coups tordus. Qu'il profite de sa belle victoire judiciaire, parce que pour incarner le renouveau et l'alternative, il a du boulot.

Sans transition, une vidéo qui va vous faire tressaillir. (EDIT : lien mis à jour)

* Vous savez que Solal, fils de Jean et petit-fils de Nicolas a trouvé une place en crèche ? Si, comme directeur...

27 janvier 2010

Mème en retard

Je ne vais presque jamais dans les forums. Aussi ai-je raté un des premiers mèmes francophones.
Qu'est-ce qu'un mème ? Une "iconographie persistante au sein d'une communauté virtuelle", comme le dit l'encyclopédie collaborative ? Mouais. Pas très parlant comme définition.

Prenons un exemple. Imaginez qu'un jour, vous faites une grosse bourde devant vos amis. Ca peut être n'importe quoi : une faute de français ("je comprends pas, on m'a décroché à la figure"), une maladresse ("il y avait une chinoise et deux personnes normales") ou encore un lapsus (appeler son amie Lingette au lieu de Nagette). Ce que vous avez dit ou fait est tellement ridicule que vos amis sont écroulés de rire et qu'ils vous en parlent le lendemain (et même dix ans après).

Un mème, c'est quand l'humiliation va jusqu'à imiter, reproduire, décliner ou parodier votre fait d'arme, au point qu'il deviendra une référence dans votre entourage et au delà.

On retrouve ce phénomène principalement dans des forums de discussion mais aussi dans les pages de commentaires au bas des articles. C'est le cas de cette brève récente (le 21 janvier dernier) d' Electron libre au sujet du départ du patron de Deezer. Le premier commentaire débute par un prétentieux "je viens de prendre un verre avec lui et..." Les suivants s'en donnent à cœur joie.


Plus connu visiblement (moi il m'avait totalement échappé), et plus ancien aussi, des internautes raillent le langage sms incompréhensible d'un jeune adolescent dans ce topic de GameKult. Ça date du 27 septembre dernier, autant dire Mathusalem sur la toile.
 

 Source: yourteube

21 janvier 2010

Il y a cent ans...


Je n'ai pas oublié mes vieux réflexes de parisien, ni mes souvenirs dans les brocantes où je dépensais mon argent de poche en achetant des cartes postales anciennes de Paris.


Aussi ai-je une émotion particulière à l'occasion du centième anniversaire de la grande crue de la Seine en 1910.

L'événement avait donné lieu à des milliers de photos de Paris inondé.


Le plus fort de la crue eut lieu le 28 janvier 1910.

Saisi par une caméra de l'époque, c'est encore plus impressionnant :
retrouver ce média sur www.ina.fr

Pour l'occasion, le Ministère de l'Écologie (qui n'a rien de mieux à faire diront les mauvaises langues) a créé un site commémoratif.

En ce qui me concerne, je préfère ce site, plus complet et moins tape-à-l'œil.

18 janvier 2010

Quand la misère s'ajoute à la misère

...en plus de leur pays dévasté par un séisme et leur gouvernement corrompu jusqu'à la moëlle, les haïtiens ont des patronymes ridicules.
J'ai eu la puce à l'oreille quand j'ai vu, dans le sous-titre d'un reportage, le témoignage d'un certain monsieur Tout Puissant. quelques clics plus tard, je trouve d'autres exemples, tout aussi étonnants : Absolu, Silencieux, Beauvoir-Voltaire (tiens, ils ont fricoté ensemble ces deux là ?), Petit-Papa, Tranquilus, Saint-Victor-Poil (dommage), Joujoute, Souvent, Quatorze, Quiouquiou, et bien d'autres. Ok, c'est pas bien de se moquer de ces pauvres haïtiens. et si j'ai donné, j'ai le droit ?

Pour compléter ces terribles images qui nous inondent depuis bientôt une semaine, je vous conseille d'en profiter pour découvrir la situation géopolitique à travers plusieurs articles.
Celui du Nouvel Obs tente de résumer le contexte historique d'Haïti. 20minutes rappelle les tensions avec son voisin dominicain, tout comme celui du Monde. Les Échos soulignent sa proximité avec le Québec.

Le Point sort un grand classique après les catastrophes : le témoignage de quelqu'un qui savait. Il s'appelle Patrick Charles, il est géologue, et sa mise en garde est relatée dans un article de septembre 2008 dans le quotidien Le Matin d'Haïti. L'article original est ici, et il est impressionnant.

Au sujet des dons français, et de leur ampleur, il y a ce billet, et ce petit zapping, toujours du Monde.


Voilà pour la revue de presse spéciale Haïti. Et si vous êtes proche de l'overdose haïtienne, saviez-vous qu'il y a eu un massacre d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893 ? Bonne lecture.

Edit 20/01 : j'ajoute à la liste un éditorial de rue89 sur la "compassion sélective".

11 janvier 2010

Lhasa, Séguin, Mano Solo, Rohmer : grosse promo au Père Lachaise

C'est curieux mais dès que quelqu'un meurt j'ai envie d'écrire quelque chose sur lui dans mon blog. C'est vrai que pour les chroniqueurs nécrologiques, l'année 2010 démarre sur les chapeaux de roues.

L'année a d'abord commencé par le décès de Lhasa de Sela, à 37 ans. Ici, en Italie, peu de gens la connaissait, je n'ai donc pas pu partager la triste surprise de sa disparition avec mes proches d'ici.



Si vous êtes passés à côté de cette nouvelle, vous ne pouvez ignorer la disparition le 7 janvier dernier de Philippe SÉguin, avec un e accent aigu, bordel. 66 ans. Un gros morceau, ce Séguin, au sens propre comme au figuré : réunir trois présidents de la République à son enterrement n'est pas donné au premier venu. Pour les gens de ma génération, c'est même très rare, d'ailleurs je me demande bien la dernière fois que ça a eu lieu dans l'histoire de la Ve République. Si quelqu'un connaît la réponse, qu'il la poste dans les commentaires.

Que l'hommage soit unanime, ce n'est pas un gage de grand homme, ce n'est pas étonnant, tant il est de bon ton d'afficher une mine déconfite dès que le premier pipole se prend un platane sur cette longue RN7 qu'est la vie. Mais malgré le ronron médiatique habituel en pareil cas, on sent qu'on a affaire à un vrai drame intime de la classe politique de tous bords. Il n'y a qu'à voir le communiqué de Fillon (bien plus émouvant à mon avis que celui de Sarkozy).



Paf ! Voilà-t-y-pas que 3 jours plus tard mourrait Mano Solo. Ah ouais, c'est le fils de Cabu ? Je savais pas.

Voilà.

Bon, pour lui ça va être dur de vous en faire l'hagiographie ; j'ai jamais vraiment accroché.


Dernier sur la liste : Éric Rohmer, celui dont les gens disent : "Ah oui, lui je le connais, c'est celui qui faisait des films chiants." Et bien c'est même pas vrai, j'avais vu Conte d'été en 1996, et même que ça m'avait plu. En revoyant la bande-annonce j'ai eu un doute mais oui, je crois bien que j'ai aimé voir ce film.



Mais je crois qu'il aurait aimé qu'on se souvienne de lui comme le réalisateur du clip "Bois ton café, il va être froid" de Rosette, une chanteuse bide-et-musique. Attention, perle !

05 janvier 2010

Quand vous aurez trente ans en l'an 2010

J'ai montré à Enrico les Visiteurs. Malgré les 17 ans d'âge, ça lui a plu. Moi, ça m'a permis de redécouvrir une réplique oubliée qui sur le coup m'a bien fait marrer.

"Jacqueline, appelez le couvreur ! Dites-lui que je refuse de payer la note de ramonage parce qu'il laisse trainer des grosses mottes d'étoupe un peu partout !"

Ah, 2010. Ça va être l'année de vos trente ans pour beaucoup d'entre vous, chers lecteurs. Et peut-être que vous organiserez des grosses teufs pour ça. Aussi vous supplierai-je, si vous le pouviez, de préparer avec un tout petit peu d'avance, comme ça, au cas où je serais invité, je pourrais trouver des billets bon marché... et pas trop pourrir mon bilan carbone, en préférant le train. (D'ailleurs, il m'en faut du courage pour continuer à prendre ce malheureux train de nuit : les deux heures de retard au retour étaient une sinécure comparée aux vingt heures de car de substitution à l'aller.)

En parlant d'environnement, j'ai entendu sur france-info qu'un catamaran ultra-rapide utilisé par une ONG de défense des baleines a été éperonné par un navire baleinier japonais en antarctique.