08 octobre 2009

Un troisième billet politique en quinze jours ?

Attention, la photo n'a rien à voir avec ce qui va suivre, mais je la trouvais sympa.

Ce blog ne s'appelle pas "Comment va Silvio ?". Mais tout de même, je brule d'envie de vous rappeler que la cour constitutionnelle a invalidé la loi Alfano, qui prévoyait l'immunité pour les quatre plus hautes fonctions de l'État (Président de la République, Président du Conseil, Présidents des deux chambres). Pour approfondir, vous pouvez choisir votre quotidien de référence : Le Monde, Le Figaro, ou Libération. Mais le mieux est encore d'écouter le "2000 ans d'Histoire" d'hier, consacré au Cavaliere.

Je ne regrette pas d'être allé manifesté samedi dernier à Rome pour la liberté d'information...

Je suis au milieu, à gauche.

Il faut bien que je vous parle du Paris Football Gay. C'est quasiment incontournable !
"Cette polémique me fait bien marrer" comme dirait Mme Balkany. Comme je suis un peu masochiste, j'ai lu les commentaires sous l'article du figaro.fr. Certains sont affligeants : "Y en a marre de toutes ces équipes communautaristes !", "Les deux équipes sont dans le même sac", "Pourquoi l'appeler Paris Foot Gay ??? Paris Foot tout court ça n'irait pas ?"

Pourquoi ? Mais parce que c'est le monde du football est le dernier endroit où l'on peut se traiter de tafioles sans choquer personne. Parce qu'aucun footballeur n'a fait son coming-out. Curieux d'ailleurs, non ? Vous ne trouvez pas étonnant que dans aucun championnat national en Europe il n'y ait un seul homosexuel ? Il devrait bien y en avoir au moins un. Même s'il est en ligue 2. Même un défenseur du Dijon FCO par exemple.

Mais non. Tous hétéros. En Italie aussi, bien sûr. Marcello Lippi, actuel sélectionneur de la squadra azzurra, est formel : "Il n'y a pas d'homos dans le football".

Vous comprendrez que, vu comme ça, s'il me prenait l'envie de jouer au foot, j'irai certainement plus facilement au PFG qu'au club amateur du quartier. C'est du communautarisme ?

Quant au mail du Créteil Bébel, Elromanozo en donne une traduction savoureuse :
"Ben oui, vous comprenez, c’est pas qu’on a quoi que ce soit contre vous, les pédés, hein, vous faites ce que vous voulez, même si c’est dégueulasse et honteux… Oui l’homophobie est un crime, mais nous, on est religieux, alors on a le droit, parce que c’est notre culture et nos valeurs. Et vous ne voudriez pas nous empêcher de pratiquer notre culture selon nos valeurs, hein ? Parce que ça, ce serait du racisme !"
Il précise juste après :
"J’ai volontairement mis « religieux » et pas « musulmans » dans le texte ci-dessus, parce que ça n’a aucune importance."
J'ai tout de même de la compassion pour cette pauvre équipe qui a été vite dépassée par l'ampleur de la polémique. Y'a pas mort d'homme, juste de la bêtise, et ils ne méritaient pas un tel battage. Rien d'étonnant : si le concert médiatique français était juste et mesuré et hiérarchisé, ça se saurait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire