26 septembre 2008

Noces people

Le mariage de ma collègue, c'était super !

Bon c'est vrai, c'était il y a deux semaines, mais j'ai eu du mal à récupérer ces #&^%§" de photos. N'achetez jamais un Olympus. Ils utilisent des cartes XD illisibles que la marque est la seule à produire. Cette semaine, j'ai enfin réussi à les télécharger. Et ça valait le coup.
D'abord pour ce magnifique cadeau qui attendait les mariés à leur sortie de l'église :

(un indice sur la photo permet de deviner la nationalité de l'un des époux)


Plusieurs stars ont honoré les époux de leur présence. Tout d'abord ce sacré déconneur d'Anthony Hopkins, qui nous a bien fait marrer en nous montrant des pigeons dans le ciel.


Nelson Mandela était également invité. en fait, il n'est pas vraiment un proche des mariés, mais il se trouve qu'il passait par là.


Sur la photo il a l'air fatigué, mais le soir, il s'est déchaîné. Vous auriez dû le voir danser la tecktonik.


Et puis il y a elle. Je sais pas qui c'est, mais je suis sûr de l'avoir déjà vu quelque part. Si quelqu'un peut m'aider.




(Je penche pour Annie Cordy.)

Et les époux alors ? Les voici. Je vous présente le fils d'Anthony Hopkins, Francesco, et la petite-fille de Nelson Mandela, Natacha. Natacha dont un de mes amis (appelons-le Stan N. Non, plutôt S. Noël) me fit remarquer qu'"avec ce prénom, [elle] a forcément une double vie d'actrice porno"


Quand on voit la photo, on se rend compte qu'il n'en est rien. C'est évidemment le mari qui est une star du X.

Et le coming-out au boulot alors ? Ben en fait, rien. J'ai présenté Enrico aux collègues présentes au mariage. Et on n'en a plus reparlé ensuite. Presque décevant. Bon, vous n'avez toujours pas trouvé l'indice qui trahit la lusitanité de la mariée. Il est ici et ci-dessous.


18 septembre 2008

Aïe ! L'italia


Quel difficile dossier que celui d'Alitalia... Presqu'autant que celui des ordures de Naples ! Pourtant aujourd'hui, la situation semble claire. Alitalia n'a jamais autant frôlé la faillite... Jusqu'au prochain coup de théâtre. N'oubliez pas qu'ici, on n'est jamais sûr de rien.

Pour ceux (probablement nombreux) qui n'ont pas suivi, sachez que début 2008, la compagnie Air France-KLM semblait intéressée par un rachat, mais Berlusconi en fait un argument de campagne et promet qu'Alitalia restera italien. Les négociations sont suspendues. Berlu est élu, et le dossier quitte temporairement le devant de la scène. Il y a d'abord la crise des déchets à gérer en priorité en Campanie...

Au fil des semaines, les annonces vont bon train. Le cavaliere assure que les repreneurs sont nombreux, et qu'il devra refuser des offres. Mais voilà : les conditions de reprises n'atteignent jamais la proposition initiale d'Air France-KLM. Des milliers d'emploi seront de toute façon supprimés. Ce qui fait hurler l'opposition et les syndicats. Si l'entreprise perd comme on le dit un million d'euro par jour, pas étonnant que les plans de refinancement soient de plus en plus drastiques.


La suite n'est que crise "à l'italienne" : ça fait une semaine que les journaux titrent "Dernière chance aujourd'hui pour Alitalia". Mais les ultimatums sont régulièrement repoussés ! Les syndicats jouent la montre, les repreneurs menacent de retirer leur proposition...
Tiens, ça ne vous rappelle pas un pays, ça ?

C'est ça le plus drôle : cette crise ferait presque passer les syndicats français pour des organisations responsables, travaillant en bonne intelligence avec le patronat. Et la France pour un pays compétitif et bien organisé. L'Italie donne parfois l'impression d'être une France qui aurait mal tourné.

11 septembre 2008

L'Église rend visite à sa fille aînée

Mise à jour 17 septembre :

(le discours a duré 14 minutes)

Aaah ! Enfin le Pape va en France...
Vous allez subir quelques jours ce que les italiens vivent depuis des années.

Pour l'occasion, le Figaro s'est déchaîné : Le rendez-vous de Benoît XVI avec la France, Le Pape semble très serein, Le clergé a changé d'avis sur l'ex-cardinal Ratzinger, etc.



De son côté, le Monde, dans cet article rappelle le principal but de la visite du PanzerKardinal en France : le "principe de laïcité" ne doit pas empêcher "l'Église de prendre une part toujours plus active à la vie de la société". Brrr. Ça fait peur.



Cette visite est l'occasion idéale pour vous faire un petit résumé des relations entre le Vatican et l'Italie.

En 1870, le tout jeune royaume d'Italie (constitué en 1861) envoie un général italien envahir les États pontificaux, et Rome devient la capitale de l'Italie. Le pape Pie IX est contraint de se réfugier au Vatican et se considère comme prisonnier. Un an plus tard, le législateur propose une loi sur les "Garanties sur les prérogatives du Souverain Pontife et du Saint-Siège et sur les relations de l'État avec l'Église."

Cette loi accorde au pape un certain nombres d'avantages : l'inviolabilité de sa personne, son immunité, sa protection pénale contre les injures publiques, la liberté de correspondance ou encore de célébration du culte (ce qui est la moindre des choses). Elle lui reconnaît également le droit d'envoyer et de recevoir des ambassadeurs reconnus comme tels, et lui octroie une rente de 3,225 millions de lires. Enfin, elle lui donne la jouissance des palais du Vatican, du Latran et de Castel Gandolfo.



Cependant, la loi ne reconnaît aucune souveraineté au pape sur les territoires qu'il occupe. En outre, sa forme montre bien qu'il s'agit là pour l'Italie d'affaires intérieures : c'est une loi, et donc un acte unilatéral, non un traité. Par ailleurs, le Vatican ne bénéficie d'aucune extraterritorialité au regard de la loi italienne : les tribunaux nationaux sont déclarés compétents pour les délits qui y sont commis, y compris dans la basilique Saint-Pierre, à qui la jurisprudence récuse tout droit d'asile.

Le bienheureux Pipi 9 aura la bonne idée de refuser le deal, provoquant un désaccord qui durera 60 ans. Sa patience aura payé car en 1929, sous le pontificat de Pie XI , seront signés les fameux accords du Latran. La signature du Cardinal Gasparri jouxtera celle du premier ministre italien de l'époque, un certain Mussolini.

Ces accords constituent encore de nos jours la base des relations entre le Saint-Siège et l'Italie.
Le Pape accepte l'État de la Cité du Vatican, dont l'État italien reconnaît la pleine propriété et l'autorité souveraine au Saint-Siège. D'autre part, le pape est reconnu comme le chef temporel du Vatican, avec tous les pouvoirs, législatif, exécutif et judiciaire.



Parmi ses accords, le concordat fait du catholicisme la religion officielle de l'État italien. Les mariages catholiques et les jugements de l'Église en matière matrimoniale prennent effet civil. L'enseignement religieux catholique devient obligatoire à tous les niveaux scolaires. Encore aujourd'hui, des crucifix sont présents dans toutes les salles de classe.

Après la seconde guerre mondiale, l'article 7 de la nouvelle constitution italienne affirmera la séparation de l'Église et de l'État, mais les actes d'état civil religieux, comme le mariage, continuent d'avoir un effet civil en Italie.

Voilà pourquoi aujourd'hui, en Italie, il y a un reportage par jour sur le Pape. Voilà pourquoi l'Italie est un des trois derniers pays de l'UE à ne pas avoir de PACS ou équivalent (même la Pologne y réfléchit !). Voilà pourquoi en Italie, on met en moyenne cinq ans à divorcer. Etc.



J'aurais aimé illustrer un peu ces copier-coller de Wikipédia, et conclure en vous faisant promettre de défendre la laïcité française coûte que coûte, mais je dois me rendre à un mariage...

Mise à jour 15 septembre : quelques recherches sur "google images" et hop ! Un billet illustré... Bientôt les photos du mariage, dès que j'arriverai à les télécharger sur mon ordinateur.

05 septembre 2008

Prolongation


SMS de ma boss à l'instant :
"Je viens de parler à Cristian : ton contrat sera prolongé à durée indéterminée. Bon week-end. Fra"

Marrant. J'y pensais plus. C'est vrai que mon contrat s'arrêtait le 25 septembre, mais vu le boulot qu'on a en ce moment, je ne me faisais aucun souci sur la prolongation de mon contrat. Ai-je été présomptueux ? Si elle m'a envoyé ce message, c'est peut-être justement parce que ça n'allait pas de soi. A moins qu'elle ait seulement voulu me fournir une excuse pour faire la fête... Ça se fête un CDI ?

Ah au fait, en parlant boulot, il faut que je vous présente Natacha. Elle se marie la semaine prochaine et je suis invité. Natacha (hélas, je n'ai pas de photos) est une splendide et plantureuse angolo-portugaise de 32 ans venue remplacer une des pondeuses de ma boîte le temps de la grossesse. Elle est grande, dispose d'une très belle poitrine, et a les joues constellées de tâches de rousseurs qui rendent son sourire encore plus beau. De ce genre de personnes, on dit en italien qu'elles sont "solare", c'est-à-dire lumineuses, rayonnantes.

Elle est assez vite devenue une très bonne compagne de pauses cigarettes, puis de pauses déjeuner, puis une amie tout court. Avec cette expatriée, nous avons longuement passé en revue les défauts de nos collègues, avant de railler les mœurs florentines, puis de déplorer les lacunes de l'Italie... Bref, nous nous complaisons à nous lamenter sur notre sort, mais toujours avec bonne humeur.

Natacha se marie la semaine prochaine avec un certain Francesco, et ils ont invité plusieurs collègues, dont ma nouvelle chef. Comme il va m'être difficile de présenter Enrico comme "un ami", le coming-out au boulot s'impose (même si certains doivent commencer à s'en douter). Bon, je vous raconterai tout ça.

Pour pallier l'absence patente de photos illustrant ce billet (mon appareil est mort), voici deux vidéos, trouvées sur le site "écrans" :



"Découvert il y a quelques mois seulement avec deux photos d’un ours arrimé à une grille d’aération et animé par l’air dégagé par le passage des métros new-yorkais, Joshua Allen Harris a vu sa notoriété exploser d’un coup. Sur Internet, puis au-delà. Ainsi une agence pour la défense de l’environnement, Fight Global Warning, lui a commandé cette publicité, réalisée par l’agence Ogilvy New York. La musique est du duo américain Stars of the Lid."



Cette animation est la dernière réalisation de l'artiste barcelonais Sam 3. D'autres créations sont visibles sur son site, dont vous trouverez le lien dans la catégorie "L'art sur le Web" de ce blog.