03 juin 2008

Saint-Marin fait-il partie du Commonwealth ?




Au départ, cela devait être un billet relatant Saint-Marin et son histoire. Mais finalement je préfère vous renvoyer, une fois n'est pas coutume, à l'article wikipédia sur cette république (et non principauté comme certains croient), considérée comme la plus ancienne au monde. Il existe aussi un article spécifique sur son histoire.

Je commençais à en avoir marre de me tourner sans cesse vers cette encyclopédie libre dès que je me posais une question, de quelque nature qu'elle soit. Le plus gros défaut de Wikipédia, c'est qu'il n'a pas de concurrent.*

Aussi, quand j'ai appris l'ouverture du site www.larousse.fr, je me suis précipité. Enfin disons que je me suis dit : "Tiens ? Si j'allais consulter leur article sur Saint-Marin ?" A défaut d'être aussi étoffé que wikipédia, l'article du Larousse serait sans doute plus exact.



Arrivé sur la page, déception. L'article est composé de quelques chiffres, deux courts paragraphes sur la géographie et l'histoire de la Sérénissime, le tout précédé de cette (très) brève introduction :

"État d'Europe méridionale, Saint-Marin est enclavé dans le territoire italien (entre la province d'Émilie-Romagne, au nord, et celle des Marches, au sud), au sud de Rimini."


Et, en conclusion, cette dernière phrase :

"Saint-Marin est membre du Commonwealth."


Quoi ? Saint-Marin, membre du Commonwealth ? Quel scandale ! Ça mérite vérification. Instinctivement, je vais chercher "commonwealth" dans... wikipédia. Et m*rde, toujours cette saloperie d'habitude. Bon, aucune trace de Saint-Marin dans l'article en question.

Oui mais quand même, ça veut rien dire. Si dans le Larousse ils le disent... Ok, il y a moins d'infos, mais au moins elles sont plus sûres.

Et ben non, même pas. En cherchant à la source, sur le site officiel de l'organisation présidée par sa Majesté la reine Élisabeth II, il y a bien une page recensant les membres du Commonwealth, et même un espace dédié aux petits états. Et rien sur la doyenne des républiques.

La recherche est toute aussi infructueuse sur les sites institutionnels du grand conseil général, ou du secrétariat d'État aux affaires étrangères du micro-état. Pour vous garantir une information 100% vérifiée, et parce que je sais qu'elle peut changer l'équilibre du monde, je viens de demander confirmation par mail aux deux entités. J'attends lés réponses. Mais, sauf coup de théâtre diplomatique, Saint-Marin ne fait pas partie du Commonwealth. Et le Larousse a faux sur toute la ligne. Dommage.

*** mise à jour, 9 juin : Ai reçu la réponse de Saint-Marin ! "Il s'agit bien d'une erreur. Saint-Marin ne fait absolument pas partie du Commonwealth" ***

Ce modeste exemple conforte les résultats de l'enquête du magazine allemand Stern en décembre dernier, et celle de la revue Nature en décembre 2005 : Wikipédia serait plus fiable que d'autres encyclopédies traditionnelles (l'allemande Brockhaus et Britannica).


Pour finir sur un registre plus personnel, et bien Saint-Marin c'est certes joli, notamment pour son époustouflant panorama sur la mer adriatique...



... mais c'est surtout bling-bling : produits de luxe détaxés, armes en vente libre, relèves de garde pompeuses... J'y verrais bien Sarkozy en visite officielle.




Si vous allez faire un tour dans la région, allez plutôt voir Urbino, bien plus authentique :






* Je l'utilise même comme dictionnaire de langues, maintenant. Quand j'ignore la traduction d'un mot, je vais voir l'article francophone correspondant et clique sur l'article italien, s'il existe. Cela limite les faux-sens et c'est plus sûr qu'un simple traducteur en ligne. Vous faites ça vous aussi ? A noter que google a annoncé la création d'un concurrent de Wikipédia : Knol.

1 commentaire:

  1. Anonyme04:34

    Ben oui,ils parlent anglais,roulent à gauche, et ont la reine sur leurs piécettes :)
    Pierre Larousse va réveiller tout Montparnasse avec ton histoire.
    Bon bref, en attendant la suite de tes investigations,j'ai retenu que San Marino dans la chronologie,c'est :
    fascisme
    communisme
    tourisme

    RépondreSupprimer