28 février 2008

En attendant le 9 mars

Voilà un document que je cherchais depuis longtemps, comme ça, par curiosité.
Je l'ai trouvé, donc le voici :


23 février 2008

Mais comment a-t-on fait pour en arriver là ?

Je viens d'apprendre que "La graine et le mulet" a reçu le César du meilleur film. (J'en avais déjà parlé ici.) C'est un scandale. Je tenais à le dire.

20 février 2008

Service après vente

Curieux comme la rédaction d'un blog peut être tantôt un exutoire, tantôt une plaie. Depuis quinze jours, pas d'inspiration. Je ne trouve pas l'envie de me plier à cet exercice. Ou est la frontière entre ma légitime volonté de ne pas faire du remplissage, et mon penchant naturel pour la glande ?

Je me résigne donc - voyez à quoi j'en suis réduit - à vous raconter l'histoire parfaitement inutile du sauvetage des trois objets ci-dessous.



Je n'aime pas jeter. C'est vrai quoi ! Pourquoi passer à l'iPod Nano si mon vieux walkman marche encore ? Quand un objet tombe en panne, on l'ouvre et on le bidouille, ou bien on l'envoie chez le réparateur. Seulement voilà, pas facile de contacter un Service Après Vente sur le net. Pour moi qui ai acheté une bonne partie de mes équipements à Paris et qui suis maintenant à Florence, c'est pourtant la seule solution.

La réparation de mon lecteur MP3 défaillant m'a par exemple donné pas mal de fil à retordre. Consultation obligatoire des FAQs, formulaire à remplir en ligne, État-civil à décliner en quasi-totalité, et bien sûr, description "la plus précise possible" du problème constaté. Euh... "Rien ne s'allume", c'est assez précis ?

Réponse - rapide, il est vrai - du SAV : "Contactez votre revendeur." Je ne baisse pas les bras pour autant, revisite le site internet, arpente de nouveau les FAQS et explique ma situation d'expatrié. Siouplaît monsieur le SAV !

Et ils ont eu pitié : "Envoyez votre produit à notre service de réparation." Tout est fait cependant pour décourager le client : Le produit doit nécessairement être expedié par colis, dont au moins deux côtés doivent comporter un numéro d'autorisation d'expédition. Il faut également imprimer le mail reçu, et le signer (!). Bien sûr, "Tout envoi ne respectant pas ces conditions sera systématiquement refusé." C'est clair ?

Quelques semaines plus tard, réponse : "votre appareil n'est plus sous garantie. Le devis de réparation est de 105 €." Quoi ? Pour un produit acheté il y a moins de quinze mois ? Et que j'ai payé une fortune ? Je vous dis pas le prix, c'est indécent. Cent soixante euros !

Allez, c'est parti pour un troisième mail. Gentil, courtois. "Si tu répares, j'annule tout !". Je fais valoir que le produit est en vente neuf pour moins de 90 €. Gagné. Ils me le réparent gratuitement, à titre exceptionnel. Patience et longueur de temps, etc. Ou bien tout vient à point, etc. Bref, choisissez vous-même la conclusion.


Pour ma bonne vieille imprimante, pas question de contacter le SAV de Hewlett Packard. Elle a presque dix ans. Et il y a quelques jours, en plein milieu d'une impression, CRRRR ! Plus rien. Vu le bruit, le problème était avant tout mécanique.

Bah, il était temps d'en changer de toute façon. Je décidai de ne pas perdre de temps à la bricoler, et m'en offre une neuve. Oui, je sais, je me déjuge d'un paragraphe à l'autre mais je m'en fous. J'ai cédé aux sirènes de la consommation et me suis acheté une belle imprimante, qui en plus fait scanner.

Sauf qu'en voulant la mettre au rebut, j'ai ouvert la petite trappe derrière l'engin et j'ai découvert ça :



Pour en arriver là, il a forcément dû se passer ceci :




La raison a pris le dessus : j'ai rendu la nouvelle imprimante high-tech, et ma vieille HP soufflera je l'espère ses dix bougies.


Troisième cas : l'appareil photo. Écran pété. Je vais chez un réparateur florentin qui me dit qu'il ne peut pas commander les pièces détachées (?). Bon. Pas grave, maintenant que je suis rompu à l'exercice, je vais contacter le service après vente de chez Canon.

Le site semble pire encore que celui d'Archos. Impossible de trouver mon modèle d'appareil photo. J'envoie une gentille lettre où j'explique mon souci.

Voici la réponse :


Cher client,

Nous avons bien reçu votre E-mail et vous en remercions.

En réponse à votre demande, vous trouverez ci-après les informations nécessaires pour résoudre votre problème.

Votre appareil photo est un modèle Casio et non Canon.


Meilleures salutations,
Canon Support Centre


Ben oui, parfois c'est le SAV qui est con, mais parfois c'est aussi le client.