04 juin 2007

Un week-end très café-café

Il est des jours où il ne se passe rien, des jours qui ressemblent étrangement à ceux qui les ont précédés, des jours où aucun sentiment ne semble prévaloir, hormis celui de détester ses voisins, ses collègues, le conducteur de la voiture devant soi qui avance à 20km/h.

Et puis il y a les autres. Tenez par exemple : jeudi dernier, 17h. Je quitte le boulot un peu plus tôt pour me rendre à l'aéroport de Pise avec Enrico. Direction Orly, arrivée à 22h30. Nous passons la soirée et la nuit chez Andrea (mon ex-coloc de Trieste, NDLR). Déjà, on est à un niveau assez élevé de cocasserie : un français résidant en Italie hébergé par un pote italien résidant en France, c'est cocasse, admettez-le.

Se retrouver avec des potes de lycée, les fameux "vraisamis", le lendemain à 11h pour charger du matos de soirée à Bastille, c'est peut-être moins cocasse, mais tout aussi divertissant... D'autant que ma journée a continué avec un montage de tente de 27m2 dans un jardin près de Provins (77). Et a fini dans un jacuzzi format familial (6 places). Mon seul petit souci de la journée est survenu au moment du rhabillage : un jacuzzi qui déborde, des vêtements posés à même le sol juste à côté, et me voilà contraint de passer la fin de soirée en boxer-blouson de cuir, combinaison jusque-là inédite en ce qui me concerne.

Le lendemain, c'est une autre tenue, tout aussi inhabituelle, que j'ai portée. costume, chemise, cravate, rasage, sent-bon. 14h : je conduis un homme vêtu du même accoutrement à la mairie de Guérard (77). Une ravissante blonde en robe blanche l'attend. Mon mec, mes parents, et plein d'amis (et de lecteurs) sont présents. Je laisse échapper une larme quand l'adjoint au maire lui demande "Stanislas Noël, voulez-vous prendre pour épouse Camille Mélanie Denis ici présente ?" Deux amis de dix ans. vingt ans d'amitié qui se disent oui.

La journée continue dans un beau domaine ensoleillé. On dîne. La pression monte. On prépare une surprise depuis un bon bout de temps, avec les témoins et garçons d'honneur. Vous savez, ces présentations powerpoint un brin surfaites, pleines de références obscures pour la majorité de l'auditoire, parfois trash ou maladroites, mais le plus souvent ennuyeuses. Voilà. C'est à cet exercice que nous avons dû nous plier.

Présenté comme ça, ça ne donne pas envie. Et pourtant, non seulement ça a été un kif absolu de le préparer, mais en plus ça a eu son petit succès, je crois. En voici un extrait.



Le mariage se poursuit le lendemain sous la tente montée l'avant-veille. Barbecue avec une centaine de personnes dans le jardin. Au soleil. Avec des enfants qui courent sur la pelouse. Des batailles d'eau. Des cadeaux. Et on se quitte déjà, n'en revenant toujours pas : Stan et Camille sont mari et femme.

Je vous épargne le tragique contretemps d'une smart qui refuse de démarrer à cause d'une pile au lithium déchargée. Trois heures de perdu. Et l'apéro avec Andrea saute.

Dimanche soir, autre ambiance, même plaisir. Dîner chez mon frère avec la famille au grand complet. Pour la première fois, les trois enfants sont avec leur conjoints. Ma soeur et son copain visitent des maisons, ma belle-soeur est radieuse, mon frère nous montre sa dernière invention : la nouvelle sonnette de l'entrée, réalisée avec une boîte à musique et des Lego® Technic. Une construction impossible à décrire ici, retenez juste que mon frère est un génie.

Déjà lundi. Enrico et moi petit-déjeunons avec mes parents. Ma mère m'accompagne à l'aéroport. Nous repartons en Italie. A Pise, sur la FI-PI-LI, la voiture de devant avance à 20km/h, mais cette-fois ci, on se dit que c'est pas grave.

1 commentaire:

  1. Et bé,quel grand vouikaine chargé!!!
    Ce lieu idyllique
    aurait pu être propice à un petit baiser romantique,dans l'encadrement d'une fenêtre,que seules les étoiles auraient surpris...
    Et merci Nicam- Ibeniamino,on peut revisioner,car pour capter,c'est pas du 20km/h.

    RépondreSupprimer