31 mars 2007

Récit d'un accident (4)

Suite et fin de cette épouvantable aventure qui a commencé il y a un mois. Comme d'habitude, si vous n'avez pas lu le début de l'histoire, reportez-vous au(x) post(s) précédent(s) ci-dessous !


Pour ceux qui ont mieux à faire, je leur propose un résumé : je me pète la clavicule le 2 mars, et une semaine plus tard, par un concours de circonstances des plus cocasses, je me retrouve à Paris.

Ma première visite a été pour le médecin, qui me prescrit une radiographie (la dixième en une semaine). Et après examen, il me livre son jugement :



"Vous connaissez l'histoire de l'homme de Cro-Magnon ?

"Un jour, l'homme de Cro-Magnon vint voir le sage parce qu'il s'était fait mal à la clavicule, un peu comme vous. Le sage lui intima alors l'ordre de rester se reposer dans la grotte.

"Quand, après quelques semaines, le convalescent commenca à peloter les femmes de la tribu, le sage lui autorisa à aller faire la cueillette dans les environs.

"Au bout d'un mois, quand le sage le vit sauter d'arbre en arbre, il déclara le patient guéri"

Moralité : il ne sert à rien d'opérer, une grotte et un peu de cueillette suffisent. J'ai quand même vérifié si je n'avais pas affaire à un pédiatre, mais non. C'était bien un orthopédiste. Qui m'a juste parlé comme si j'avais huit ans. D'ailleurs, ça a bien marché : j'ai tout retenu, et je le publie même sur mon blog.



















Et bien voilà. La passionante histoire de ma clavicule s'achève, et ça tombe bien parce ca commençait à me les briser de vous écrire tout ça avec ma main gauche.

Alors malgré tout, sachez que pendant ces quelques jours parisiens :

J'ai aidé Boupi à boucher les trous de son nouvel appart Rue Dauphine (première photo),

J'ai fait ma procuration pour les législatives. Je n'ai pas jugé nécessaire d'illustrer ce point par une photo de l'antenne du tribunal d'instance de la mairie du XXe. C'est un choix éditorial que j'assume, vos critiques et insultes sont les bienvenues dans les commentaires.

Enrico m'a rejoint, nous avons visité la Villa Savoye de Poissy, conçue par le Corbusier (deuxième photo),




















Enfin, nous sommes rentré par le très romantique train de nuit Paris-Rome, où nous nous sommes même offert le dîner dans le wagon-restaurant. Un vieux rêve que j'ai toujours voulu réaliser...

























...rêve partagé par Enrico...









...malgré un menu qui n'était pas sans me rappeler de merveilleux souvenirs de repas hospitaliers.





2 commentaires:

  1. Stan12:51

    Et vous vous êtes tapés la bouteille de rouge à 2. Visiblement t'es pas convalescent du foie...

    RépondreSupprimer
  2. c'est une moitié, non ?

    nous connaissons tous la tempérence du cousinadoré...

    RépondreSupprimer