03 février 2007

Bonne nouvelle...

1...J'ai décidé de me présenter à l'élection présidentielle. Ben oui, faute de trouver un autre candidat prêt à mettre mes idées en oeuvre, et bien que l'idée de me mêler aux appareils d'Etat ne m'enchante guère, me présenter moi-même aux éléctions présidentielles me semble finalement le meilleur moyen de donner une chance à mes idées, c'est pourquoi j'ai finalement décidé de me proposer comme candidat si j'obtiens les 500 parrainages d'élus nécessaires.



2D'abord, il nous faut une langue fédérale européenne. Une priorité pour la Démocratie dans l'Union ! C'est bien le minimum auquel les citoyens ordinaires sont en droit d'espérer : disposer d'une langue neutre pratique et fiable, rapidement accessible à tous,trait d'union de notre Communauté et référence linguistique constitutionnelle.

3Depuis plusieurs décennies, notre pays est ingouvernable dans la mesure où 1 Français sur 2 est dans l'opposition après l'élection présidentielle. Comment diriger un pays dans ce contexte? Je suis persuadé que la seule voie possible d'un vrai changement est de créer les conditions pour qu'un gouvernement mixte droite-gauche dirige notre pays.

4Ce délitage continu du pays depuis trente ans a une cause précise : une fiscalité carolingienne par sa conception et ses méthodes, ubuesques comme l'a définie Claude Imbert, et surtout cancérigène par sa nocivité, ne couvre plus nos budgets et ne pourra plus jamais les couvrir même si nous pratiquons des coupes drastiques dans nos dépenses publiques, ce que l'on ne peut faire d'un coup de sabre.

5Dans les tempêtes, la monarchie reste le seul recours pour la nation en péril. N’attendons plus les catastrophes : réclamons dès maintenant un Roi au sommet de l’État.

6Je ne crains pas de m’attaquer à un sujet tabou. Les paroles de la Marseillaise, chant de guerre par excellence, ont été écrites en 1792, suite à la déclaration de guerre du Roi à l’Autriche, pour répondre à une situation déterminée. Ce temps est révolu et la France d’aujourd’hui est un pays en paix, contribuant de surcroît au maintien de la paix à travers le monde. L’appel à la guerre, les références au sang et aux cohortes étrangères ne lui font pas honneur.

7Il faut restaurer joie, pragmatisme et innovation dans tous les établissements d’enseignement.
8Le pouvoir pour présenter des réformes fondamentales, c'est l'objectif que je vous propose. C'est celui d'un Dictateur Républicain.

(copyrights :
1er paragraphe : Sylvain Poirier, candidat à l'élection présidentielle,

2e paragraphe : Christian Garino, candidat à l'élection présidentielle,

3e paragraphe : Alain Mourguy, candidat à l'élection présidentielle,

4e paragraphe : Michel Martucci, candidat à l'élection présidentielle,

5e paragraphe : Yves-Marie Adeline, candidat à l'élection présidentielle,

6e paragraphe : Zakaria Ben Mlouka, candidat à l'élection présidentielle,

7e paragraphe : Jean-Marc Governatori, candidat à l'élection présidentielle,

8e paragraphe (mon préféré) : Lucien Sorreda, candidat à l'élection présidentielle.)






1 commentaire:

  1. Anonyme02:50

    Je regrette que vous caricaturiez ainsi ces petits candidats qui sont peut-être les plus dignes représentants de notre pays.

    Jean-Christian.

    RépondreSupprimer